De simples plaisirs

Parce que ces instants sont aussi simples que vrais et parfois tellement inattendus. Voici ce qu’il me passe par la tête à cet instant précis.

Me retrouver avec l’Amoureux et Nina autour d’un café le samedi matin, les mots s’écoulent, Nina fredonne ou dessine, on observe la vie, un vrai théâtre à ciel ouvert.

Improviser un grignotage, dehors, allant à l’essentiel.

S’asseoir sur un banc, dans un endroit douillet, simple et où l’on se sent bien. A une époque, quand ce petit être grandissait en moi, on adorait se poser dans le cloître du parc Vendôme. On se posait des milliers de questions, on avait déjà les réponses, un petit air béat nous envahissait, peut-être une description du bonheur, de l’apaisement, de la sérénité. Je me souviens de ces belles choses.

Partir en virée sur un coup de tête, prendre de la hauteur, du recul sur mes émotions parce que c’est le fouillis dans ma tête. Aller à l’essentiel, en laissant la nature nous dominer et mes sentiments positifs s’imbriquer. Contempler le nuancier des feuillages, sentir l’air frais sur mon visage.

Lire un roman, un poème, une nouvelle d’une justesse sans pareil et rêvasser derrière une baie vitrée.

Ecrire, photographier, dessiner, créer…me servir de mes mains et m’extasier d’un minuscule détail.

Contempler ma fille jouer, dormir, rire ou pleurer. La sentir contre moi, la respirer, lui donner des milliers de baisers.

Prendre l’avion, partir à l’aventure et découvrir, rencontrer, s’enrichir.

Apprendre à m’aimer, à me connaître, à me re découvrir. Prendre le temps, m’accorder une pause, juste respirer.

Les pique-niques improvisés de l’été, l’odeur de la lavande, le rouge des coquelicots.

Un film, une image, une chanson, une mélodie qui m’émeut ou me bouscule.

L’annonce d’une douce nouvelle, un fou rire qui démarre, Nina inventant une histoire.

Le moment où l’on met les bagages dans la voiture, la première nuit ailleurs, le premier repas, les premières découvertes.

Les orages, surtout le soir, les éclaires cristallins, le tonnerre aux mille résonances, la beauté des cieux orageux, l’odeur de la pluie, le son des gouttes qui résonne dans la gouttière.

Déguster un verre de vin rouge, sentir le goût du fut de chêne en racontant mes étincelles de la journée.

Le regard de Nina quand elle me voit arriver dans la cour d’école.

Je crois que je vais m’arrêter là pour aujourd’hui car je pourrais en écrire tellement. Cela donnera peut-être naissance à un autre post mais en attendant, je garde beaucoup d’autres plaisirs simples pour moi et ils sont tous logés à la même enseigne…ils me font un bien fou.

Ma boîte à merveilles, ma boîte de plaisirs simples, mes souvenirs de jolies choses.

Douce journée !

De simples plaisirs

De simples plaisirs

De simples plaisirs